Monday, July 09, 2018

L'arbre de nos besoins - extrait français

Un souvenir: je suis avec mon frère pendant l'été. C'est un samedi matin. Nous attendons la vieille voiture de notre famille: une Volkswagen d'occasion qui s'assoit dans l'allée, recueillant de la chaleur comme une tente qui a été zippée et exposée au soleil. Il y a un énorme arbre près de la voiture - un orme. Tous les ormes du voisinage meurent lentement de la maladie hollandaise de l'orme; C'est le genre de crise environnementale que les gens d'Ottawa, notre ville natale, s'inquiètent. Des termes comme «réchauffement climatique» sont loin dans le futur. La peur de la guerre nucléaire, cependant, ne l'est pas: mes parents sont profondément impliqués dans les mouvements de paix - contre la bombe, contre le Vietnam.

Mon frère et moi nous ennuyons. Nos parents nous ont dit d'attendre à la voiture. Nous allons tous à la plage. Mon père, cependant, doit faire ce qu'il nous dit ne sont que quelques appels téléphoniques. Travailleur assidu dans son métier d'architecte et travailleur acharné, il semble constamment occupé. C'est à la fois une source d'amusement et d'ennui dans notre famille; chaque sortie de famille semble impliquer un temps d'attente, rendu d'autant plus dur et dur à supporter par la chaleur de l'été - pas la chaleur elle-même, mais le sens de l'été qui ralentit, qui double ou qui triple, comme une machine à remonter le temps.

Pour lire la suite (en anglais)
suivez cette adresse: http://poetryfilmlive.com/the-need-tree-by-finn-harvor/

The Need Tree - extrait (via Poetry Film Live)

A memory: I’m with my brother during the summer. It’s a Saturday morning. We’re waiting by our family’s old car: a second-hand Volkswagen that sits in the driveway, gathering heat like a tent that’s been zipped up and set in the sun. There’s a huge tree close to the car – an elm. All the neighbourhood’s elms are slowly dying of Dutch Elm disease; it’s the sort of environmental crisis that people in Ottawa, our home town, get concerned about. Terms like “global warming” are far off in the future. Fear of nuclear war, however, is not: my parents are deeply involved in peace movements – against the Bomb, against Vietnam.

My brother and I are bored. We’ve been told by our parents to “wait by the car”. We’re all going to the beach. My dad, however, has to make what he tells us are just a few phone calls. Hard-working at his job as an architect, and hard-working as an activist, he constantly seems busy. This is both a source of amusement and annoyance in our family; every family outing seems to involve a wait time, made all the more drawn out and hard to endure by the summer heat – not the heat itself, but the sense one has in the summer of time slowing, of time doubling, or tripling itself, like an ancient time machine.
Pour lire la reste suivez cette lien:  http://poetryfilmlive.com/the-need-tree-by-finn-harvor/
To read the rest, go here: http://poetryfilmlive.com/the-need-tree-by-finn-harvor/