Tuesday, November 30, 2021

Omicron: what kind of crisis? / quelle espèce de crise?


 #Omicron #OmicronVariant #covid #lockdown #economy #StockMarket . It’s 7:30 pm in Seoul, Nov 30, and everyone’s been talking about the Omicron variant. Meanwhile the economy is spooked. So what should happen next? Should govts prioritize health or markets?


Le variant Omicron — ce que on fait le suivant?

Sunday, November 28, 2021

Est-ce qu’on porte une masque?/ Do you wear a mask?/ 마스크을 작용해?


 From last summer. Note mask usage. The infection numbers have doubled since then but are still reasonably good (4000 per day for a population of 51 million). Mask usage on Korean streets is around 99%. My Dad and friend Doug tell me it’s quite different in the streets of Toronto. Both Seoul and Toronto probably have equivalent numbers of vaccinated. Will mask usage make a difference? What’s it like in other cities?


Depuis l'été dernier.  Notez l'utilisation du masque.  Le nombre d'infections a doublé depuis lors, mais reste raisonnablement bon (4 000 par jour pour une population de 51 millions d'habitants).  L'utilisation du masque dans les rues coréennes est d'environ 99%.  Mon père et mon ami Doug me disent que c'est assez différent dans les rues de Toronto.  Séoul et Toronto ont probablement un nombre équivalent de vaccinés.  L'utilisation du masque fera-t-elle une différence ?  Comment ça se passe dans les autres villes ?

New coronavirus variant


 

Nouveau variant inquiétant 2


 

Nouveau variant inquiétant


 

Tuesday, November 16, 2021

Honoré d’être choisi / honoured to have work chosen



Happy that / heureux que my short documentary on noise pollution, « From Korea to Canada and Back Again : Sound Versus Noise » was screened at the Cinematic European Film Festival in Serbia 



 

Thursday, November 11, 2021

From Korea to Canada and Back Again: Sound versus Noise - recent selections and screenings







 

Transborda III - video festival


 Happy that/ heureux que the videopoem anthology Poeticism, featuring work by many filmmakers and poets — including Pasquale Palladino, Angelina Voskopoulou, Dee Hood, Jutta Pryor, Matt Helme, and myself— is taking part in this series of screenings organized by Alberto Guerreiro. Congratulations to all.

Au centre des beaux arts à Séoul/ At the Seoul Arts Center / 예술의전당


 

Monday, November 01, 2021

Travail de Nuit — un roman-scenario - 1



Extérieur.  Plan d'un grand centre urbain.  Soir, crépuscule.

 La circulation est dense ;  massivement, les employés de bureau rentrent chez eux.  Mais certaines de ces personnes commencent en fait leurs quarts de travail.

NightWork — a screenplay story - 1


 Exterior. Shot of a large urban center. Evening, dusk.


The traffic is heavy; overwhelmingly, office workers heading home. But some of these people are in fact starting their shifts.

Automne/ autumn/ 가을


 

Saturday, October 30, 2021

The Goa and Kerala Short Film Festivals





Am honoured to have several short films in these two excellent films in India, including the experimental videopoem Rain Meditations 2. 

Password: baramone 

Private Vimeo link: https://vimeo.com/563499482

 

Noteworthy / à notez

 Paysage par Jean Coulombe. Exemplaire excellent de la mariage entre mots et image.

L’idée d’un roman-scenario illustré 4

 Alors pourquoi ne regardez-vous pas simplement des films et la télévision ?


 J'aime les films... La télé, je n'en suis pas si sûr, même s'il y a de bons programmes.


 Le problème avec les films et la télévision est le suivant : ils coûtent cher à produire.  Non, permettez-moi de reformuler cela - ils coûtent un montant astronomique.  En dehors de la scène du cinéma indépendant, qui a tendance à être perpétuellement marginalisée, personne ne peut les réaliser.  Ce sont des efforts de groupe, et bien que cela leur donne des forces, ils souffrent de la tendance quasi inévitable des créations de groupe à perdre toute voix singulière.  Et c'est la voix singulière qui doit survivre.  C'est la conscience individuelle, pas le groupe, qui maintient le contact avec la vie.


 Et c'est l'une des grandes forces des livres : parce qu'ils sont relativement bon marché à produire, ils peuvent toujours être fabriqués par des particuliers.  (La tendance contemporaine à « emballer » un livre est pernicieuse à bien des égards, comme l'a montré l'incident de Kaavya Viswanathan.  être vu.)


 La culture de masse, avec ses technologies convergentes telles que les téléphones portables recevant la télévision et la réception omniprésente WiBro, continue de plus en plus à évoluer vers la post-alphabétisation.  Nous avons désespérément besoin de formes narratives qui peuvent à la fois toucher un public mais aussi permettre à l'artiste de conserver son individualité.  Le scénario-roman est une manière "d'écrire un film".


 Alors tu proposes qu'on abandonne ?  Que parce que la culture de masse est si omniprésente, nous sommes obligés de l'imiter ?


 Le scénario-roman n'est pas vendu.  Pensez-y de cette façon : il y a de bons films.  Il y a une bonne télé.  En d'autres termes, les deux médiums sont capables de produire de véritables œuvres d'art, malgré leur nature de groupe.  Si vous écrivez un roman-scénario, vous devriez essayer de faire quelque chose qui ait aussi une valeur artistique.  Évidemment, il n'aura pas la puissance linguistique, descriptive des grands romans.  Mais il aura la capacité de remuer l'imagination des gens.


 Et lorsqu'on lit un roman-scénario, il suffit de s'autoriser à le lire comme le ferait un réalisateur.  C'est l'un des effets généraux que les films ont eus sur l'esprit moderne : il est possible - même naturel, semble-t-il parfois - de penser « cinématographiquement ».  En d'autres termes, nos esprits ont déjà été conditionnés à imaginer des récits comme s'il s'agissait de films.  Peut-être que tout le monde ne fait pas ça.  Mais beaucoup de gens le font, et ils le font sans effort.  En ce sens, nous sommes désormais tous réalisateurs.


 L'astuce est d'être un bon réalisateur – un auteur, si vous voulez.  N'oubliez pas que les meilleurs films et télévisions sont souvent réalisés en opposition à la culture de masse.  Le scénario-roman est une autre façon de le faire.


 Mais qu'en est-il de la lecture ?  Si tout le monde « est réalisateur », la lecture n'en souffrira-t-elle pas encore plus ?


 Les gens lisent encore beaucoup ces jours-ci.  La tendance parmi les lecteurs, cependant, est d'acheter plus de non-fiction que de fiction.


 Qu'est-ce qui ne va pas avec ça?


 Rien dans le sens où la non-fiction a toujours été populaire, et l'est simplement plus maintenant.  Cependant, nous avons toujours besoin de fiction.  Ce n'est pas un luxe.  C'est aussi une nécessité.  Les cultures montent et descendent en partie en fonction des histoires qu'elles se racontent.

 Je pense que les scénarios sont nuls.  Les romans traditionnels sont plus intéressants à lire.


 Ensuite, lisez des romans traditionnels.  Mais envisagez la possibilité que l'idée du scénario-roman soit relativement nouvelle, et une partie de votre antagonisme à leur égard peut être le résultat d'être conditionné à lire le récit fictif d'une manière et non d'une autre.  Rappelez-vous que le roman-scénario n'est qu'une autre forme de récit.

The Screenplay Novel Manifestos 4

 So why don't you just watch movies and TV?

I like movies ... TV I'm not so sure about, although there are good programs out there.

The problem with movies and TV is this: they cost a lot to produce. No, let me rephrase that -- they cost an astronomical amount. Apart from the indie movie scene, which tends to be perpetually marginalized, no one individual can make them. They are group efforts, and while this gives them some strengths, they suffer from the near-inevitable tendency of group creations to lose any singular voice. And it's the singular voice that has to survive. It's the individual consciousness, not the group, that maintains contact with life.

And this is one of the great strengths of books: because they're relatively cheap to produce, they can still be made by individuals. (The contemporary trend toward "packaging" a book is pernicious on so many levels, as the Kaavya Viswanathan incident showed. If this scandal will be enough to stop the general trend to package books and turn even them into bland, committee-made products remains to be seen.)

Mass culture, with its converging technologies such as TV-receiving cell phones and ubiquitous WiBro reception, keeps moving more and more toward post-literacy. We are in desperate need of narrative forms that both can reach an audience but also allow the artist to retain his or her individuality. The screenplay-novel is a way of "writing a movie".

So you're suggesting we just give up? That because mass culture is so pervasive we are obligated to mimic it?

The screenplay-novel is not a selling out. Think of it this way: there are good movies. There is good TV. In other words, both mediums are capable of producing genuine works of art, despite their group-made natures. If you write a screenplay-novel, you should try to make something that also has artistic merit. Obviously, it won't have the linguistic, descriptive power of great novels. But it will have the capacity to stir people's imaginations.

And when reading a screenplay-novel, all people have to do is allow themselves to read it as a director might. This is one of the broad-based effects that movies have had on the modern mind: it is possible -- even natural, it sometimes seems -- to think "cinematically". In other words, our minds have already been conditioned to 
imagine narratives as if they were movies. Maybe everyone doesn't do this. But many people do, and they do it effortlessly. In this sense, we are all directors now.

The trick is to be a good director -- an auteur, if you will. Remember that the best movies and TV are often made in opposition to mass culture. The screenplay-novel is another way of doing that.

But what about reading? If everyone is "being a director", won't reading suffer even more?

People are still reading lots these days. The trend among readers, however, is to buy more non-fiction than fiction.

What's wrong with that?

Nothing in the sense that non-fiction has always been popular, and now simply is more so. However, we still need fiction. It's not a luxury. It's a necessity, as well. Cultures rise and fall based partly on the stories they tell themselves. 

I think screenplays suck. Traditional novels are more interesting to read.

Then read traditional novels. But consider the possibility that the screenplay-novel idea is a relatively new one, and part of your antagonism to them may be the result of being conditioned to read fictional narrative one way and not another. Remember that: the screenplay novel is just another form of narrative.


A screenplay story — Itaewon Dive


 Originally published at Former People. Link: https://formerpeople.wordpress.com/2013/10/30/itaewon-dive/

Opening : 

Opening shot: under the surface of the ocean, late day.

The water is murky, its murk accentuated by the fading light that shines, muted by water, from the far sky. Every now and then, a fish — or group of fish — comes into view. Then all disappear, startled.

Over the sound system we hear the amplified hiss and violent gurgle of someone off-camera breathing through scuba gear.

*

And who knows what he was looking for, small lost fish? Who knows what in this vast sea he was hoping to find?

*

The jarheads are mainly gone now, but the signs of the bars, half-Hangeul, half-English, still litter the streets, like flotsam and jetsam bobbing in a freighter’s wake — a seagull’s dinner.

This is Itaewon at low tide; this is Seoul from the deep.

*

He walks up the street, limping again, past bars with names like Star Butts or Texas, when a petite prostitute wearing hot pants, a sweater and glasses emerges from one of them and grabs his arm.

“I just want to talk,” she says, pulling at him both gently and insistently.

He knows he should (and could) pull away. He knows he could wriggle free. But as she pulls on his arm, he finds he likes it; likes the sensation of someone needing him, wanting him with a greedy desire that would amount to genuine emotion if it weren’t motivated by — greed.

Friday, October 29, 2021

Still from an upcoming project / photo d’un projet de suivre


 

Sur l’idée d’un roman scénario illustré 3

 J'ai lu d'autres scénarios, et ils sont très différents des vôtres.  Pourquoi?


 Ce ne sont pas des romans-scénarii, ce sont des scénarios.  Ils sont destinés à être produits dans des films.  Ce que je fais ici est un roman destiné à être imaginé comme un film.


 Mais ce ne sont que des mots.  Ce que j'aime dans les films, ce sont les images.


 Les livres peuvent aussi contenir des images.

 Pourquoi n'écrivez-vous pas simplement un roman ordinaire ?


 Je fais.  J'ai.  Mais récemment, je me suis intéressé à cette approche de - cette forme d'écriture.  C'est une méthode d'écriture qui fonctionne pour moi ;  qui me re-inspire après des années de frustration croissante avec les techniques littéraires traditionnelles.


 Alors vous détestez la fiction traditionnelle ?


 Non. Quand c'est bien fait, je l'admire autant que jamais.  J'ai traversé des cycles, bien sûr : il y a eu des moments dans ma vie où je l'ai à peine lu.  Et il y a eu d'autres fois où je l'ai beaucoup lu (la littérature coréenne a été une inspiration récente).  Mais généralement pour moi, quelque chose dans une grande partie de la fiction traditionnelle qui est publiée ces jours-ci s'est flétri.  J'ai du mal à maintenir l'intérêt pour elle.  Cela ne signifie pas, cependant, que je me sois désintéressé de la narration fictive dans son ensemble, puisque les films, eux aussi, sont une forme de fiction.


 Si j'étais la seule personne à ressentir ça, je m'en voudrais.  Mais de nombreuses personnes, y compris des personnes sophistiquées qui ont investi une énergie considérable dans l'établissement de carrières littéraires, semblent ressentir la même chose.  Je pense donc que le problème principal ne repose pas principalement sur un seul individu ;  elle repose sur la fiction contemporaine elle-même.  Ou pour être plus précis, il appartient aux institutions contemporaines de la fiction.


 Pourquoi est-ce?  Ce n'est pas comme si la fiction littéraire avait empiré dans sa totalité.  Il y a beaucoup de bons écrits là-bas, et souvent - généralement quand je lis quelque chose par quelqu'un d'inconnu - je serai fortement impressionné par cela.  Le problème semble plutôt résider dans la fiction choisie par les grandes maisons d'édition, les critiques les plus puissants et les comités de prix.  Soi-disant, cela devrait être le meilleur des meilleurs.  Malheureusement, beaucoup d'œuvres contemporaines dont on nous dit qu'elles sont excellentes sont sans vie ou fausses.


 Sûr.  Mais ce n'est qu'un avis subjectif.  Je ne suis pas d'accord.


 Tu as raison, c'est subjectif.  Malheureusement, le lectorat de la fiction littéraire est en déclin depuis des années, et récemment ce déclin est devenu alarmant.  Par tous les moyens, lisez des romans traditionnels et, s'ils vous touchent, vénérez-les.  Mais nous devons faire face à la réalité culturelle plus large.  Nous devons penser de manière nouvelle.

From The Screenplay Novel Manifestos 3

 I've read other screenplays, and they're a lot different from yours. Why?

Those aren't screenplay-novels, they're screenplays. They are meant to be produced into movies. What I'm doing here is a novel meant to be imagined as a movie. 

But it's just words. What I like about movies are the pictures.

Books can contain pictures, too.

Why don't you just write a regular novel?

I do. I have. But recently I have become interested in this approach to -- this form of -- writing. It's a method of writing that works for me; that re-inspires me after years of increasing frustration with traditional literary techniques.

So you hate traditional fiction?

No. When it is well done I admire it just as much as I ever did. I have gone through cycles, of course: there have been times in my life when I hardly read it at all. And there have been other times when I read it a lot (Korean literature has been a recent inspiration). But generally for me, something in much of the traditional fiction that gets published these days has withered. I have trouble maintaining interest in it. This does not mean, though, that I have lost interest in fictional narrative overall, since movies, too, are a form of fiction.

If I were the only person who felt this way, I'd blame myself. But many people, including sophisticated people who have invested considerable energy into establishing literary careers, seem to feel the same way. So I think the main problem does not rest primarily with any one individual; it rests with contemporary fiction itself. Or to be more accurate, it rests with the contemporary institutions of fiction.

Why is this? It's not as if literary fiction has gotten worse in its totality. There is a lot of good writing out there, and often -- usually when I read something by someone unknown -- I will be strongly impressed by it. Rather, the problem seems to rest with the fiction that is being chosen by the big publishing houses, the most powerful critics, and the prize committees. Supposedly this should be the best of the best. Unfortunately, a lot of contemporary work that we are told is great is lifeless or false.

Sure. But that's just a subjective opinion. I don't agree.

You're right, it is subjective. Unfortunately, the readership of literary fiction has been declining for years, and recently this decline has become alarming. By all means, read traditional novels, and, if they move you, venerate them. But we have to face the larger cultural reality. We have to think in new ways.

Wednesday, October 27, 2021

L’idée d’un roman-scénario illustré 2

 Q : Donc vous dites que juste parce que l'idée d'un roman-scénario illustré n'a pas gagné en popularité dans le monde littéraire, c'est une bonne idée simplement parce que c'est nouveau ?


 R : Les idées ne sont pas bonnes simplement parce qu'elles sont nouvelles.  Je suis peut-être la première personne à inventer le cheddar au chocolat.  Cela ne veut pas dire que cela en vaut la peine.  Au lieu de cela, je pense que cette idée est bonne car elle a le potentiel de fonctionner.  Il résout les problèmes de l'écrivain et résout les problèmes du public.  C'est plus rapide à produire et plus rapide à lire, mais en même temps, il pénètre dans l'imagination des gens.  C'est un moyen très efficace de créer la vivacité nécessaire pour qu'une histoire "fonctionne".  Du moins, c'est comme ça que ça marche pour moi.  Certaines personnes ne ressentent pas la même chose.  Pour eux, ce n'est pas une écriture particulièrement évocatrice.  Ils ont besoin de plus de descriptions - à la fois de l'environnement et de la conscience intérieure.  Je comprends ça.  Parce que le roman-scénario est dépouillé, il semble avoir certains défauts inhérents, dont l'un est une description moins physique et l'autre qui est la disparition apparente de la conscience intérieure.


 La première qualité peut encore exister dans un roman de scénario.  Comme dans un scénario ordinaire, il n'y a pas de restriction nécessaire sur la quantité de description physique qui existe.  Il y a simplement des conventions ;  les scénarios ont tendance à être très minimalistes.  Cependant, un scénariste-roman n'est pas obligé de suivre cette convention.  Il peut inclure autant de descriptions qu'il le souhaite.


 Évoquer la conscience intérieure est plus un problème.  Les états d'âme intérieurs ne "disparaissent" pas dans un roman-scénario.  Au lieu de cela, ils doivent être évoqués principalement par le dialogue des personnages.  (C'est l'une des raisons pour lesquelles j'ai tendance à utiliser plus de descriptions de gestes, d'expressions faciales et de ton de voix dans mes dialogues que dans un scénario normal.)


 La forme scénario-roman n'est pas parfaite.  Il a des forces et des faiblesses.  Mais soyons honnêtes : le roman traditionnel a aussi des défauts inhérents, dont le moindre n'est pas sa popularité décroissante.


 Appelez le scénario-roman de la littérature expérimentale.  Mais c'est de la littérature expérimentale à visée pratique.

From The Screenplay Novel Manifestos 2

 Q: So you’re saying that just because the idea of a screenplay story hasn’t gained popularity in the literary world, that it’s a good idea simply because it’s new?

A: Ideas aren't good simply because they're new. I might be the first person to invent chocolate-flavoured cheddar cheese. That doesn't mean it's worthwhile. Instead, I think this idea is good because it has the potential to work. It solves problems for the writer, and solves problems for the audience. It's quicker to produce and quicker to read, yet at the same time, it keys into people's imaginations. It is a very effective way of creating the vividness necessary for a story to "work". At least, this is how it works for me. Some people don't feel the same way. For them, it's not a particularly evocative way of writing. They need more description -- both of the environment and of interior consciousness. I understand this. Because the screenplay-novel is stripped-down, it seems to have certain inherent shortcomings, one of which is less physical description and the other which is the apparent disappearance of interior consciousness.

The first quality can still exist in a screenplay novel. As in a regular screenplay, there is no necessaryrestriction on the amount of physical description that exists. There are simply conventions; screenplays tend to be very minimalist. However, a screenplay-novelist doesn't have to follow this convention. He or she can include as much description as he or she wants.

Evoking interior consciousness is more of a problem. Interior states of mind don't "disappear" in a screenplay-novel. Instead, they have to be evoked mainly by the characters' dialogue. (This is one reason why I tend to use more description of gestures, facial expressions and tone of voice in my dialogue than you'd find in a regular screenplay.)

The screenplay-novel form is not perfect. It has strengths and weaknesses. But let's be honest: the traditional novel has inherent short-comings, too, not the least of which is its decreasing popularity.

Call the screenplay-novel experimental literature. But it's experimental literature with practical aims.


Still from the upcoming screenplay story NightWork


 

Sur l’idée d’un roman-scénario illustré 1

 Qu'est-ce qu'un roman-scénario ?


 C'est un roman.  Mais c'est écrit sous forme de scénario.


 Comment vous est venue l'idée d'écrire un roman-scénario ?


 Au fil du temps, je me suis rendu compte que je traitais les films comme je traitais les romans : j'apprécierais leurs histoires de la même manière et j'en parlerais après comme une personne pourrait parler d'un roman.  En fait, je le fais plus souvent avec des films... principalement, je pense, parce que de nos jours, les cinéphiles sont beaucoup plus nombreux que les lecteurs de romans.  Il y a beaucoup de gens avec qui vous pouvez avoir une conversation sur un film en particulier, même un film très sérieux.  C'est beaucoup plus difficile de faire ça à propos d'un livre en particulier, surtout s'il est littéraire.


 Un moment « aha » pour moi a été de lire le scénario publié de « Out of Africa ».  Ma femme en avait un exemplaire et il traînait dans la maison.  Je vis en Corée du Sud et ce genre de scripts est extrêmement populaire ici.  Ils sont commercialisés comme un outil d'apprentissage de l'anglais (script en anglais sur une page, avec des "points clés" en coréen sur l'autre).  Mais en lisant le script, j'ai découvert que je l'avais vraiment apprécié en soi.  Et puis j'ai pensé, si cela fonctionne comme une forme de livre d'un film existant, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas comme une forme de livre d'un film qui n'a jamais été fait ?  En d'autres termes, pourquoi ne pas utiliser la même combinaison d'images fixes et de script ?


 Et puis il y a le processus créatif impliqué : à moins d'écrire de manière autobiographique, j'aime imaginer des scènes comme si elles étaient dans un film.  Mon imagination semble fonctionner naturellement de cette façon.


 Cette idée a-t-elle déjà été faite ?


 Il y a une longue tradition d'écrire la satire sous la forme d'un scénario -- vous savez, une scène imaginaire, par exemple, une conversation insensée à la Maison Blanche.  Et il y a une tradition de téléromans dans certains pays.  Ce sont essentiellement des bandes dessinées faites de photographies, pas de dessins.


 Mais il n'y a aucun exemple de roman littéraire écrit sous forme de scénario que j'ai vu.  Du moins, c'était vrai quand l'idée m'est venue pour la première fois.  Depuis, les gens m'ont donné des exemples.  L'un était un script de Michael Turner intitulé "American Whiskey Bar".  Je n'ai pas lu le livre, donc je ne peux pas le commenter.  Mais quelque temps après sa publication, il a été produit par CITY-TV et Bruce McDonald en tant que drame télévisé en direct.  J'ai vu cette émission.  L'émission ressemblait vraiment plus à une pièce télévisée de style années 1950 qu'à autre chose.  Donc je ne sais pas si c'est admissible.


 Personnellement, je pense que les gens trouveront d'autres exemples et cela se transformera en un long débat sur qui était le premier.  Et je doute que cela soit un jour résolu de manière satisfaisante.  Au lieu de cela, ce que je voudrais souligner, c'est que j'appelle à ce que le roman-scénario existe en tant que forme distincte de roman.  En d'autres termes, j'espère que de nombreux écrivains sérieux adopteront cette façon d'écrire des romans, du moins pour une partie de leur travail.

From the Screenplay Novel Manifestos 1

 Excerpt from a post I wrote more than fifteen years ago but still think is germane:


What is a screenplay-novel?

It's a novel. But it's written in the form of a screenplay.

How did you get the idea of writing a screenplay-novel? 

Over time, it dawned on me that I treated movies the way I treated novels: I would appreciate their stories in a similar way, and talk about them afterwards the way a person might talk about a novel. In fact, I do this more often with movies ... mainly, I think, because nowadays movie-watchers vastly outnumber novel readers. There are many people you can have a conversation with about a particular movie, even a very serious movie. It's a lot harder to do that about a particular book, especially if it's literary.

One "aha" moment for me was reading the published screenplay of "Out of Africa". My wife had a copy of it, and it was lying around the house. I live in South Korea, and these kinds of scripts are enormously popular here. They're marketed as an English learning tool (English script on one page, with Korean-language "key points" on the other). But as I read the script I found I really enjoyed it in and of itself. And then I thought, if this works as a book form of an existing movie, why wouldn't it work as a book form of a movie that's never been made? In other words, why not use the same combination of stills and script?

And then there's the creative process involved: Unless writing autobiographically, I like imagining scenes as if they were in a movie. My imagination seems to naturally work that way.

Has this idea been done before?

There's a long tradition of writing satire in the form of a screenplay -- you know, some imagined scene, for example, some inane conversation in the White House. And there is a tradition of teleromans in some countries. These are basically comics made of photographs, not drawings.

But there are no examples of a literary novel written in screenplay form that I've seen. At least, this was true when the idea first came to me. Since then, people have given me examples. One was a script by Michael Turner entitled "American Whisky Bar". I haven't read the book, so I can't comment on it. But some time after it was published, it was produced by CITY-TV and Bruce McDonald as a live television drama. I saw that broadcast. The broadcast was really more like a 1950s-style televised play than anything else. So I don't know if it qualifies.

Personally, I think people will come up with other examples and this will turn into a long-running debate over who was first. And I doubt it will ever be satisfactorily resolved. Instead, what I'd like to emphasize is I'm calling for the screenplay-novel to exist as a distinct form of novel. In other words, I'm hoping that many serious writers will adopt this way of writing novels -- at least, for some of their work.


Rest stop/ 휴게소


 

Wednesday, October 13, 2021

Seoulography III: Peacefulness and Sadness (memory of my brother/ mémoire de mon frère)


 

Comment est-ce qu’on combattre la dépression?


 

How to cope with sadness


 

De Montréal à Ottawa — quatrième partie

 



EXT.  UNE RUE DE LA VILLE, EN FIN D'APRES-MIDI AU DEBUT DE L'HIVER.  LE SOLEIL - rétréci et dur - s'est couché dans un ciel froid et nuageux.  MAINTENANT L'OBSCURITÉ ARRIVE, ET AVEC ELLE PLUS DE NUAGES.  ENFIN, UNE MINE NEIGE MINCE COMMENCE À TOMBER.




 L'HOMME MARCHE DANS LA RUE.  IL REGARDE DIRECTEMENT LA CAMÉRA.




 HOMME : Nous essayons d'aider les autres.


 Nous essayons de nous aider.

 Et nous serions capables de le faire -

 nous serions en mesure de réussir - si nos actions

 n'étaient pas encadrés par le temps.


 *


 Je vois mon frère une dernière fois.

 Ma tête palpite à cause des coups

 (comme une tête de soldat).

 Les tripes de mon frère palpitent à cause de la chirurgie :

 les couteaux qui ne peuvent contenir, et minimiser temporairement,

 l'insuffisance de son foie.

 Le personnel hospitalier

 n'aime pas mon frère;

 ils n'aiment pas son genre.

 Mais quand ils font ça, je suis en colère ;

 ils ne m'aiment pas.

 Oui, mon frère était un toxicomane —

 sa drogue vendue légalement par des millionnaires

 ne provoque que la mort OCCASIONNELLE.

 Mais il était aussi...

 et c'est là que lui et moi nous rejoignons -

 un artiste … hors du temps.


 *


 Nous avons crié,

 Et, en remerciement,

 Ont été jetés au sol.


 Tu étais entassé dans un lit —

 Même ton lit est devenu terre,

 Et ton hôpital, une fusée

 Vers des planètes plus sombres.

From Montréal to Ottawa — part four

 




EXT. A CITY STREET, LATE AFTERNOON IN EARLY WINTER. THE SUN — SHRUNKEN AND HARSH — HAS SET IN A COLD, CLOUDY SKY. NOW DARKNESS ARRIVES, AND WITH IT MORE CLOUDS. FINALLY, A THIN MEAGER SNOW BEGINS TO FALL.


THE MAN WALKS DOWN THE STREET. HE LOOKS DIRECTLY AT THE CAMERA.


MAN: We try to help others.

We try to help ourselves.
And we’d be able to do that —
we’d be able to success – if our actions
weren’t framed by time.

*

I see my brother one last time.
My head is throbbing from blows
(like a soldier’s head).
My brother’s gut is throbbing from surgery:
the knives that can only contain, and temporarily minimize,
the failure of his liver.
The hospital staff
don’t like my brother;
they don’t like his type.
But when they do do that, I’m angered;
they don’t like me.
Yes, my brother was an addict —
his drug sold legally by millionaires
only causes the OCCASIONAL death.
But he was also — 
and this is where he and I join — 
an artist … out of time.

*

We cried out,
And, in thanks,
Were thrown to the ground.

You were stuffed into a bed —
Even your bed became ground,
And your hospital, a rocket ship
To darker planets.

Tuesday, October 12, 2021

De Montréal à Ottawa, troisième partie

 



L'HOMME SE TIENT DANS UNE RUE.  IL REGARDE LA CAMÉRA.



 Homme : Quand arrivons-nous au point où nous comprenons


 un autre être humain ?

 Quand nous avons le cœur brisé en leur nom ?

 Quand nous sommes en colère contre

 les parfois égoïstes

 choses qu'ils ont faites ?

 

 *





 EXT.  UNE AUTRE RUE DE LA VILLE.  PLUS AFFECTÉ MAINTENANT.


 VOIX OFF : Chaque univers

 A ses énigmes

 Et ses alternances liquides ;

 Et chaque monde

 A besoin d'un peu de violence créatrice.


 Mais pourquoi la folie aussi ?


 Vous et moi

 Aimé là où la nature et les machines se rencontrent,

 Nous avons pensé que c'était chouette.

 Mais on ne s'est pas suffisamment méfié

 Gros systèmes.

From Montreal to Ottawa, a screenplay story, part three


 THE MAN STANDS ON A STREET. HE LOOKS AT THE CAMERA.


Man: When do we reach the point where we understand 

another human being?
When we’re broken-hearted on their behalf?
When we’re angry at
the occasionally selfish 
things they did?
 
*




EXT. ANOTHER CITY STREET. BUSIER NOW.


VOICE OVER: Every universe
Has its riddles
And its liquid alternations;
And every world
Needs some creative violence.

But why the craziness, too?

You and I
Loved where nature and machines meet,
We thought it was neat.
But we didn’t sufficiently mistrust
Big systems.

Saturday, October 09, 2021

From Montreal to Ottawa -- a screenplay story, part one/ De Montréal à Ottawa -- une histoire scénarisée, première partie


 EXT. AN URBAN LANDSCAPE. MONTREAL.


A FIGURE walks along the street, his clothes heavy -- too heavy for the early autumn weather. Then he turns and enters a shopping mall. Its air-conditioned cool suddenly makes his clothing seem appropriate. The FIGURE is shaking. But it's not because of this contrast in temperatures. He heads toward a liquor store.

*


 EXT. UN PAYSAGE URBAIN. MONTRÉAL.


UNE FIGURE marche le long de la rue, ses vêtements lourds -- trop lourds pour le temps du début de l'automne. Puis il se retourne et entre dans un centre commercial. Sa fraîcheur climatisée fait soudain que ses vêtements semblent appropriés. La FIGURE tremble. Mais ce n'est pas à cause de ce contraste de températures. Il se dirige vers un magasin d'alcools.



A DIFFERENT FIGURE APPEARS ON SCREEN. HE SEEMS AWARE OF THE FIRST FIGURE. THE SECOND FIGURE STARTS TO READ FROM A SCRIPT:


My brother once said:

You and I are the same person.”

but it took going halfway across the planet --

a burdened, industry-stinking, feverish planet --

to see that this was so.


*

 

UN CHIFFRE DIFFÉRENT APPARAÎT À L'ÉCRAN. IL SEMBLE CONNAÎTRE LE PREMIER CHIFFRE. LA DEUXIÈME FIGURE COMMENCE À LIRE À PARTIR D'UN SCRIPT :


Mon frère a dit un jour :

« Toi et moi sommes la même personne. »

mais il a fallu parcourir la moitié de la planète --

une planète surchargée, fébrile et fébrile de l'industrie --

pour voir qu'il en était ainsi.